Coûts et Financement


I-Les coûts des déchets

Entre 2000 et 2008, sous l’effet conjugué de la modernisation du parc des installations pour une meilleure protection de l'environnement, du développement des déchèteries, de l’accroissement des flux pris en charge par le service public, etc., la dépense courante de gestion des déchets municipaux a connu un taux de croissance annuel moyen de 6 %Les coûts de la gestion des déchets sont supportés par le producteur de déchets initial ou par le détenteur actuel ou antérieur des déchets (principe pollueur-payeur). Les coûts de gestion des déchets n’ont cessé de croître ces dernières années. Une tendance liée à la fois à l’augmentation des quantités de déchets collectés, à la modernisation des installations de traitement, au développement des collectes séparées et des déchèteries et au renforcement du niveau de service proposé aux usagers. 

Ils représentaientt, en 2015, près de 100€/hab (couverts par le fiancenment) dont 55€ pour les OMR, 21€/hab pour les Recyclables secs des ordures ménagères hors verre (RSOM), 2€ pour le verre + 22€ pour les décheteries. Les charges de collecte et de traitement sont prépondérantes, avec respectivement 48 et 41 euros par habitant. Quant aux produits, ils permettent de réduire de 19 euros le coût à la charge de la collectivité.

La maîtrise des coûts

Dans ce contexte, la maîtrise des coûts constitue une composante essentielle de la poursuite de la modernisation du service.
Elle relève de trois éléments principaux :

  • le développement de la prévention de la production de déchets ;
  • l’optimisation des services et équipements en place ;
  • le développement d’une approche transversale et prévisionnelle plus systématique pour mieux anticiper.

Cette maîtrise des coûts passe avant tout par le développement de la connaissance sur les coûts, qui permet de repérer les leviers sur lesquels il est possible d’agir, de modéliser des éventuelles réorganisations de service et enfin de communiquer vers les usagers du service et les élus.

La connaissance des coûts

Par ailleurs, une connaissance généralisée des coûts et la capitalisation des valeurs observées permettent les comparaisons entre collectivités, qui sont bénéfiques à deux niveaux :

  • pouvoir répondre aux questions des usagers qui bien souvent considèrent que « c’est mieux ailleurs et moins cher » ;
  • identifier les meilleures pratiques à service rendu égal et les transposer lorsque cela est possible.

Cette capitalisation des données sur les coûts n’a de sens que si elle est construite sur des bases méthodologiques partagées. De multiples études l’ont démontré, les facteurs de dispersion des coûts entre collectivités tiennent non seulement aux différences de contexte et de service proposé aux administrés, mais également aux différences de méthodes d’évaluation des coûts, plus ou moins précises et complètes.

Vers le développement des démarches analytiques

L’ADEME, en partenariat avec des collectivités locales et le conseil régional de Poitou-Charentes ainsi que l’Arec (Agence régionale d’évaluation environnement et climat), a développé en 2005 la Matrice des coûts et la méthode ComptaCoût®.
Basés sur les principes de la comptabilité analytique et de l’analyse de gestion, cet outil et cette méthode ont pour objectif de délivrer une connaissance fine des coûts assortie d’indicateurs (économiques et techniques). Fin 2013, plus de 1 000 collectivités couvrant 70 % de la population étaient formées.

Une approche statistique partagée

Tous les deux ans, l’ADEME publie un Référentiel national des coûts du service public de gestion des déchets réalisé à partir de la Matrice des coûts. Cette étude restitue des coûts de référence nationale et confère aux collectivités une base de réflexion solide pour analyser et évaluer le service public.

À télécharger

                                                                                                                                                                              ☛ ADEME Le coût des déchets           

II Financement

1-Déchets ménagers


En France, les collectivités chargées du service d’élimination des déchets (SPED) peuvent choisir entre trois modes de financement :

A.  la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM), basée sur le foncier bâti, couplée avec la redevance spéciale ;

La TEOM (Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères) est un impôt local, assis sur le foncier bâti. Elle est perçue avec la taxe foncière et son montant varie en fonction de la valeur du logement ou du local (pour les professionnels).

Ainsi, elle n’est pas du tout liée à la quantité de déchets produite par le ménage ou le professionnel.

L’instauration d’une tarification incitative permettra  l’application du principe pollueur – payeur aux usagers du service. Elle doit intégrer le niveau de production de déchets pour facturer l’usager.

B.  la redevance d’enlèvement des ordures ménagères (REOM), liée au service rendu ;

Comme toute redevance, la REOM (Redevance d'enlèvement des Ordures Ménagères) est liée au service rendu. 

C.   le recours au budget général, financé par les quatre taxes directes locales. 

 En 2008, le financement par voie fiscale concerne environ 71% des communes françaises (TEOM 67 % et budget général 4 %) et 90% de la population (TEOM 85 % et budget général 5 %). Les autres communes ont opté pour le financement au service rendu (REOM)


2-Déchets non ménagers autres


A. En amont : les filières de responsabilité élargie du producteur (REP) : l'éco-contribution destinée à réduire les coûts de prise en charge pour les collectivités et à apporter un soutien au service de la collecte sélective. A noter : ces derniers sont majorés en fonction de la performance de tri des habitants. C’est-à-dire que plus les tonnages envoyés vers les filières de recyclage sont importants, plus les aides financières le sont également.

B. En aval : La   fiscalité aval comprend la Taxe Générale surles Activités Polluantes TGAP sur le stockage et l’incinération et la tarification incitative

  

pour en savoir plus : Fiscalité déchets : les propositions du CNIID et du RAC


 ✪                                                             Réduire  Réutiliser  Recycler                                                            ✪ 

ACCUEIL               ACTUALITES              DOSSIERS  THEMATIQUES               QUI SOMMES NOUS ?                   J’AGIS 

Agenda                Le TOP 5                 Gestion des déchets                   OZD Melun                      Je m'informe

Le dossier         Actus Déchets           Réduire                                   Actus 77 - IdF                     Je soutiens

                        Actus Alternatives      Réutiliser                                Association                          Je me mobilise

                        Actus Outremer         Recycler                                 Mouvement Zero Waste      Infolettres




GLOSSAIRE                                                          Contact   I   Plan du site   Infolettre                                        © OZD-Melun 2013  ☆