Le Bouthan


Le bonheur peut-il être un indice de développement au niveau d’un pays ou d’une organisation ? C’est le pari relevé par le Bhoutan, sous l’œil attentif de l’ONU.


Un indice alternatif

Il apparaît comme un indice englobant (de manière assez large) le produit intérieur brut (PIB) ou l’indice de développement humain (IDH) qui apparaissent comme insuffisants pour mesurer le bonheur des habitants d’un pays. Cet indice repose sur les quatre principes fondamentaux auxquels le gouvernement du Bhoutan attache une part égale:
  • croissance et développement économiques ;
  • conservation et promotion de la culture bhoutanaise ;
  • sauvegarde de l’environnement et utilisation durable des ressources ;
  • bonne gouvernance responsable.

En 2011, ces quatre grands axes sont évalués au travers de 72 critères de mesure.

Sur cette base, une série de mesures ont été instaurées pour améliorer la croissance économique mais aussi la conservation et le développement de la culture, la sauvegarde de l’environnement et une bonne gouvernance responsable. Le 1er dimanche de chaque mois est réservé à la journée sans voiture.

Le 20 mars a été décrété journée officielle du BNB par l’ONU.


Ce petit pays, aujourd’hui, intéresse l’ONU. Car depuis quarante ans, son développement n’est pas fondé sur le seul critère économique. « Si le gouvernement ne peut pas faire le bonheur de son peuple, il n’y a pas de raison que ce gouvernement existe », est-il écrit noir sur blanc dans son Code légal. En 1972, son roi déclarait que le « Bonheur National Brut » (BNB) était plus important que le « Produit National Brut ».

Bonheur national brut

« La richesse contribue de manière significative au bonheur, mais au-delà d’une certaine sécurité matérielle, son impact est négatif, note Yannick Lapierre, consultant-formateur au sein d’Arolla Partners. Regardez les Etats-Unis : c’est un des pays les plus riches du monde, mais il ne se classe que dix-septième en matière de satisfaction de vie. » L’ancien premier ministre du Bhoutan confirme : « Le bonheur ne dépend pas d’une croissance économique perpétuelle, mais d’un bon équilibre entre les besoins du corps et ceux de l’esprit. Le BNB est basé sur la conviction que le développement doit être durable, holistique, inclusif et centré sur l’humain. »

S’en est suivi la mise en place d’une grille d’analyse destinée à évaluer la justesse de toute décision politique, au regard non seulement de critères socio-économiques tels que le niveau de vie, la santé ou l’éducation, mais aussi de la préservation de l’environnement, de la culture, d’une gestion gouvernementale saine, du bien-être individuel et de la solidarité. Maître mots : équilibre, respect, responsabilité… et interconnexion, car tous ces sujets sont liés. 

Sur le terrain

Paradoxe : au moment où les institutions internationales se penchent sur son cas, le Bhoutan traverse une période délicate. L’ouverture progressive du pays et ses récentes difficultés économiques, liées à l’arrêt des subventions indiennes sur l’essence et le gaz domestique, engendrent de nouvelles questions : entre aspiration légitime à plus de confort matériel et miroir aux alouettes de la vie à l’occidentale, les jeunes quittent les campagnes, se confrontent au chômage et à la délinquance. « Le gouvernement précédent a passé beaucoup plus de temps à parler de BNB qu’à agir », plaide le Parti démocratique du peuple, qui a remporté les dernières élections législatives. La période est charnière : comment conjuguer tous les facteurs ? 

Pour décliner concrètement son modèle sur le terrain, prouver son bien-fondé et le faire perdurer, le Bhoutan a mis en place un Centre du Bonheur National Brut, dont la mission est de former des Bhoutanais, mais aussi des étrangers, à « comment appliquer les valeurs du BNB au quotidien, dans leur famille, leur communauté, leur pays et au-delà », explique le directeur des programmes Ha Vinh Tho, ancien responsable de la formation au Comité International de la Croix-Rouge (Genève). 

Spécialistes du changement en organisation, Yannick Lapierre, Edouard Payen et Isabelle Lunel ont fait le voyage. Au programme : immersion dans le pays, rencontres d’acteurs locaux, formation aux principes du BNB et aux moyens de les mettre en œuvre à l’échelle d’une organisation. « Au Bhoutan, les élèves pratiquent la méditation pleine conscience avant d’entrer en classe. La façon d’enseigner des professeurs s’appuie aussi sur cette technique, qui leur permet d’être plus centrés, plus à l’écoute, plus à même de transmettre. Il s’agit vraiment de développer un état intérieur qui favorise l’attention et la relation », explique par exemple Isabelle Lunel. 

Laboratoire pour le monde

 En avril 2012, un colloque à l’ONU sur le thème Bonheur et bien-être : définir un nouveau paradigme économique a rassemblé 800 participants, parmi lesquels des responsables politiques, des économistes, des acteurs de la société civile et le Secrétaire général des Nations unies. Il a ensuite été demandé au Bhoutan de fournir une série de conclusions et de recommandations en 2013 et 2014, pour application à partir de 2015. 

« Le Bhoutan constitue un excellent laboratoire, souligne Isabelle Lunel. On peut y expérimenter des choses qu’on ne pourrait pas faire à grande échelle. Ce qui y fonctionne pourra inspirer d’autres pays », notamment ses colossaux voisins, « l’Inde et la Chine ». Les grandes puissances se saisiront-elles de l’occasion ? « L’intérêt de l’ONU a le mérite d’envoyer le signal qu’il s’agit d’un enjeu fort, pas d’un gadget », estime Yannick Lapierre. 

Et attendant, à chacun de nous, aussi, de favoriser l’émergence d’un nouveau paradigme. « Le véritable bonheur provient de l’aide que nous apportons à autrui, d’une vie en harmonie avec la Nature, ainsi que de la prise de conscience de notre sagesse originelle, rappelle l’ancien premier ministre du Bhoutan. Ce que nous voulons atteindre par les programmes du Centre du BNB, ce n’est rien de moins qu’une transformation profonde. Permettre aux gens de déployer leur plein potentiel, contemplatifs autant qu’analytiques dans leur compréhension du monde, ayant profondément réalisé qu’ils ne sont pas séparés de la Nature et des autres. En somme, réalisant leur humanité véritable. » 

Posted on 2 janvier 2014etincelledevie


AU PAYS DU BONHEUR NATIONAL BRUT ARTE

Marie Monique ROBIN 

Voici presque deux semaines( mars 2014) que je suis arrivée au Bhoutan, dernière étape de mon tournage pour mon film Sacrée croissance ! diffusé sur Arte le 28/6/2014

Ce voyage au pays du dragon constituera aussi la matière d’un 26 minutes que je réalise pour Arte Reportage, dédié exclusivement au concept de Bonheur National Brut.

Niché au cœur de l’Himalaya, le petit royaume du Bhoutan a, en effet,  décidé d’en finir avec « la dictature du Produit Intérieur Brut (PIB) » et de la croissance économique à tout prix, en proposant un nouvel indicateur de richesse : le Bonheur National Brut (BNB).

Lancé par le 4ème Roi, le « nouveau paradigme » s’appuie sur quatre piliers : la protection de l’environnement, la conservation et la promotion de la culture bhoutanaise, la bonne gouvernance et le développement économique responsable et durable.

Aujourd’hui, le BNB irrigue toute la vue du pays, entraînant de profonds bouleversements dans l’agriculture (100% biologique en 2020), l’éducation nationale (où l’on prépare les élèves à devenir des « ambassadeurs du changement »), la gestion des ressources naturelles (réglementation stricte de l’abattage des arbres et de l’exploitation minière), la santé (gratuite pour tous), le tourisme (haut de gamme et durable), ou le commerce (non adhésion à l’OMC).

Pour être franche, jamais je n’ai senti un tel dépaysement dans toute ma vie (très riche) de baroudeuse !

À peine arrivée à l’aéroport de Paro (après vingt heures de voyage), nous avons rejoint Thimphu, la capitale, où la première chose qui m’a frappée c’est l’absence de publicité, interdite dans tout le pays. Un vrai bonheur ! Puis, nous avons démarré notre programme sur les chapeaux de roue, enchaînant les rencontres, jour après jour.

Je mets en ligne quelques moments emblématiques de ce tournage exceptionnel sur lequel je reviendrai plus longuement. 

-       Rencontre avec Deki Choden, la directrice du Early Learning Centre, une école pilote qui a intégré le BNB dans son programme éducatif. Ici, chaque journée commence par une séance de « brainbrushing », cinq minutes de méditation partagée par les élèves et les enseignants, pour se « laver l’esprit » de tous les soucis et contrariétés qui polluent l’envie d’apprendre et de partager…

-       Aux portes de la « forteresse », où nous retrouvons Karma Tshiteem, qui dirige la Commission du BNB, chargée de vérifier que les programmes gouvernementaux sont bien conformes aux « quatre piliers » du BNB.  C’est dans ce bâtiment magnifique d’un  autre temps où le Roi a son bureau.

-       Dans le village de Dangchu, situé à 120 kms de Thimphu (soit un voyage de… sept heures sur des routes cabossées, accrochées aux flancs de l’Himalaya) : les équipes du Centre for Bhutan Studies conduisent le troisième sondage, pour mesurer le « bonheur » des Bhoutanais, avec un questionnaire de 120 questions.

-       Du 9 au 11 mars, le village de Dangchu a célèbré une fête, qui n’a lieu que tous les trois ans. Les villageois sont venus de toute la région, habillés de leurs vêtements d’apparat.  Pendant trois jours, ils se relaient pour danser avec des masques sacrés qui ne sortent du temple bouddhiste que le temps du festival.

-       Dans une coopérative d’agriculture biologique qui réunit 25 paysans et paysannes

 DIFFUSION DE “AU PAYS DU BONHEUR NATIONAL BRUT” LE 28 JUIN 2014, ET REDIFFUSION DE “LES MOISSONS DU FUTUR” LE 1ER JUILLET

 ✪                                                             Réduire  Réutiliser  Recycler                                                            ✪ 

ACCUEIL               ACTUALITES              DOSSIERS  THEMATIQUES          QUI SOMMES NOUS ?           J’AGIS 

Agenda                Le fait du mois          Gestion des déchets                   OZD Melun                         Je m'informe

Le dossier          Le TOP 5                   Réduire                                     Actus 77 - IdF                       Je soutiens

                         Actus Déchets            Réutiliser                                  Association                           Je me mobilise

                         Actus Alternatives      Recycler                                    Mouvement Zero Waste   

GLOSSAIRE                                                          Contact   I   Plan du site   Infolettre                                        © OZD-Melun 2013  ☆