Économie du partage : enjeux

serveimage2


Économie du partage : enjeux et opportunités pour la transition écologique

Partage, collaboratif, pair-à-pair : le fouillis conceptuel

  • La consommation collaborative s’élargit à toutes les pratiques qui amènent les individus à collaborer, à se mettre en réseaux – online ou offline – pour consommer différemment. La consommation collaborative peut alors inclure l’habitat et les jardins partagés, les AMAP, voire les groupements d’achats.
  • Le concept d’économie collaborative, quant à lui, a une définition très large : « des réseaux d’individus et de communautés connectées, par opposition à des institutions centralisées, et qui transforment la manière dont nous produisons, consommons, finançons et apprenons ». Cette économie inclut la consommation collaborative, la production collaborative (e.g. les « FabLabs » ou open source), l’éducation collaborative (e.g « open éducation » ou open knowledge) et la finance collaborative (e.g. crowdfunding).
  • Le concept d’économie pair-à-pair regroupe les activités de l’économie collaborative qui se font directement entre individus via des plateformes Internet, excluant ainsi les activités en B2C1
  • Enfin, le terme « co-révolution » employé par Novel et Riot, inclut dans l’économie collaborative l’ensemble des pratiques affectant l’évolution des modes de gouvernance des organisations et la possibilité d’ouvrir aussi les modes d’innovations vers des approches de « coopétition » et de co-création.

Damien Demailly (Iddri), Anne-Sophie Novel (journaliste et auteure) 

UNE ÉCONOMIE du PARTAGE EN PLEIN RENOUVELLEMENT, PORTEUSE DE PROMESSES DE DURABILITÉ 

Revente, don, troc, location de court terme, emprunt : tous ces modèles – monétarisés ou non, entre particuliers ou par l’intermédiaire d’entre- prises ou d’associations – peuvent permettre d’augmenter la durée d’usage de biens consommateurs de ressources. Ils construisent une véritable économie du partage qui se renouvelle sous l’essor des technologies numériques. Les biens « partageables » représentent environ un quart des dépenses des ménages et un tiers de leurs déchets, et si les modèles de partage étaient utilisés « au mieux », c’est jusqu’à 7 % du budget et 20 % des déchets des ménages qui pourraient être économisés.


DE L’INTUITION ENVIRONNEMENtALE AUX CONDITIONS DE SA RÉALISATION 

Le bilan environnemental du partage dépend de plusieurs conditions très spécifiques aux modèles considérés. De manière générale on voit émerger les enjeux

  • de durabilité des produits partagés, la location permettant de réduire le nombre de biens à produire si le bien emprunté ne s’use pas beaucoup plus rapidement ; 
  • d’optimisation du transport des biens, amenés à être moins transportés sur longue distance mais plus sur courte distance ; 
  • des modes de consommation, les modèles de partage pouvant être le vecteur d’une consommation durable comme celui d’une hyperconsom- mation matérielle.


FAIRE DE L’ÉCONOMIE du PARTAGE UNE ÉCONOMIE DURABLE

~ Les pouvoirs publics doivent construire un cadre économique et réglementaire favorable aux modèles vertueux. Les initiatives naissantes permettant d’explorer de nouvelles pistes peuvent être soutenues via : une visibilité accrue, des financements et incubateurs, l’adaptation de certaines réglementations. 

~ Les entrepreneurs du partage doivent analyser leur bilan environnemental pour ensuite l’améliorer. Ils sont les mieux placés pour élaborer des solutions concrètes et user de leur pouvoir d’influence sur la production des biens pour les éco-concevoir et les recycler. 

~ Les usagers ont un rôle exacerbé dans le cas des modèles en pair-à-pair. L’impact environnemental dépend beaucoup du comportement des utili- sateurs, des valeurs qui les animent. Les motivations actuelles des usagers sont d’abord le pouvoir d’achat, même si les considérations environnementales ne sont pas absentes.


voir aussi : Autopartage


1 L'expression « business to consumer » (« B2C »), aussi appelé business to customer, désigne l'ensemble des architectures techniques et logiciels informatiques permettant de mettre en relation des entreprises directement avec les consommateurs : en français, « des entreprises aux particuliers ».(wikipedia)











 ✪                                                             Réduire  Réutiliser  Recycler                                                              ✪ 

ACCUEIL             ACTUALITES              DOSSIERS  THEMATIQUES             OZD Melun                              J’AGIS 

Agenda               Le TOP 5                        Zéro déchet                     Gestion des déchets                 Je m'informe

Le dossier         Actus Déchets                 Réduire                           Actus 77 - IdF                           Je soutiens

                        Actus Alternatives           Réutiliser                         Association                              Je me mobilise

                        Actus Outremer              Recycler                          Mouvement Zero Waste   

                        


GLOSSAIRE                                                          Contact   I   Plan du site   Infolettre                                        © OZD-Melun 2013  ☆