Lutte contre les pertes et gaspillages alimentaires

    Compostage

 

LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE

5 juin 2013 (mis à jour le 13 juin 2013)

  

Les estimations relatives à l'ampleur du gaspillage alimentaire :

GaspillageLe gaspillage alimentaire est aujourd'hui difficilement quantifiable, tant au niveau français qu'au niveau international. La meilleure estimation possible en l'espèce provient de la compilation bibliographique, principalement à partir de l’étude MODECOM1 et de l’étude bio- déchets,2 et porte sur les déchets alimentaires, notion plus vaste que celle de gaspillage alimentaire.

En 2010, ces déchets sont estimés à 7,120 millions de tonnes, se répartissant ainsi entre les acteurs de la chaîne alimentaire.

Les déchets alimentaires représentent près de 120kg par personne en France, dont 79kg sont produits directement au foyer du consommateur. Sur ces 79kg, 20kg au moins seraient évitables, soit 1,200 millions de tonnes pour le pays.

Au total chaque année un français jette 20 kg de déchets par personne (7 kg d’aliments encore emballés auxquels il faut ajouter 13 kg de restes de repas ainsi que de fruits et légumes abîmés non consommés, selon l'ADEME en 2010).

Loi anti-gaspi alimentaire

Fait rare, une loi a été adoptée à l’unanimité au Parlement, forçant les grandes surfaces de plus de 400 mètres carrés à donner leurs invendus, souvent jetés deux jours ou plus avant date de péremption. Deux dispositifs fondamentaux :

  • Les distributeurs sont obligés d'établir une convention avec une association caritative pour réaliser des dons.
  • La destruction volontaire de denrées est sanctionnée.

                  Je limite le gaspillage alimentaire  


◆ J’achète malin !

En faisant  une liste de courses après s’être assuré de l’état des stocks dans les armoires, cela permet  d’éviter les achats superflus.

En achetant des produits en vrac (légumes, fruits, fromages, viandes..) je choisis la quantité dont j’ai besoin et je limite mes emballages

En restant vigilant sur les offres promotionnelles Ex. 2 produits pour le prix d’1. Le prix au kilo/litre est-il vraiment plus intéressant que celui du produit à l’unité ?

                   ◆ Je conserve bien mes aliments !

Bien stocker les aliments : la règle principale dans le réfrigérateur comme dans les placards : 1er entré, 1er sorti !.

DLC / DLUO

Les produits alimentaires préemballés comportent une mention indiquant une Date Limite de Consommation (DLC) ou une Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO). Pour éviter le gaspillage alimentaire, décryptons-les...

Plutôt bons élèves - Carrefour, Leclerc... Plutôt mauvais élèves  - Auchan, CasinoIntermarché  [...]

Dans un monde où le green-washing - l'art de "verdir" son image - est partout, comment jauger l'écart entre les décla-rations de bonnes intentions et la réalité du terrain ? Qui, en France, est à l'avant-garde et à la traîne dans la lutte contre le gaspillage alimentaire ? 

«à consommer jusqu’au...» = Date Limite de Consommation (DLC) déterminée par la loi ou par le producteur

La date est dépassée ces produits sont impropres à la consommation, ils doivent être retirés de la vente par le commerçant et ne doivent plus être consommés à la maison. Exemples : denrées périssables : viande fraîche, poisson, crème fraîche...

«à consommer de préférence avant...» = Date Limite d’Utilisation Optimale (DLUO)

La date est dépassée ces produits peuvent être consommés mais peuvent perdre tout ou partie de leur goût, de leur texture... Exemples : conserves, gâteaux secs, pâtes, riz...

La DLC et la DLUO sont avant tout des mesures de prévention des risques d’infections d’origine alimentaire.

Source : http://agriculture.gouv.fr

3 astuces pour conserver plus longtemps nos aliments !

Conserver sa crème fraiche plus longtemps : il suffit de la transférer dans un pot hermétique et elle se gardera uplus longtemps au réfrigérateur.

Pour rendre croquants des légumes défraîchis : si les légumes (carottes, céleris, poivrons et autres) commencent à devenir mous, il est possible de les couper, les laver, et les laisser tremper dans de l’eau au frigo. Le lendemain, ils seront de nouveau très croquants !

Pommes de terre : Pour des pommes de terre qui ne germent pas il suffit de les entreposer dans un endroit sombre avec deux pommes.  


 Je cuisine astucieux !

Des petits « trucs simples » permettent d’éviter de cuisiner les aliments en trop grande quantité.

Par exemple, pour une personne adulte, on dosera :

  • Laitue : un bol (type bol de céréales)
  • Riz : ¼ de Mug
  • Pâtes : un verre
  • Pommes de terre : 5 petites pommes de terre


◆ J’accommode mes restes de repas !

De nombreuses recettes me permettent de réutiliser les aliments non consommés de la veille (pain perdu, hachis-Parmentier…)

Pour cuisiner les restes, il faut avant tout savoir bien les  conserver ! Suivez quelques principes de base...

  • Bien refroidir : avant de mettre au frigo les aliments cuisinés,  laissez-les refroidir un court moment dans un endroit frais ou à température ambiante, et placez-les au réfrigérateur dès qu’ils ont cessé de fumer en prenant soin de les couvrir.
  • Bien protéger : pour prévenir du dessèchement, empêcher les contacts avec les autres produits et éviter qu’ils ne s’abîment trop vite, ne laissez pas les restes dans leur plat de cuisson. Mettez-les plutôt dans des boîtes réutilisables fermées
  • Bien réchauffer : privilégiez un réchauffage à haute température pour vos restes. Évitez de réchauffer les restes plus d’une fois

Grâce à ces conseils, selon une étude réalisée par l’ADEME en 2009, vous pourriez économiser jusqu’à 500 € par an et par famille ! 


Le gaspillage alimentaire dans la consommation des ménages représente donc en France : 20kg de déchets par an et par personne dont 7kg de déchets alimentaires non consommés encore emballés.

Quoi ma geule ?

Chaque année des milliers de kilos pommes, d’abricots déformés, de cerises à peine fendues, de tomates biscornues sont jetés par les producteurs qui n’ont pas de débouchés valorisants pour ces fruits et légumes moins jolis et pourtant exquis.

Ces fruits et légumes sont excellents et ont les mêmes qualités que les autres et nous estimons vraiment dommage qu’ils soient systématiquement écartés pour des défauts mineurs qui n’altèrent en rien leurs qualités gustatives.

Aussi, nous avons décidé de nous mobiliser pour faire en sorte qu’ils puissent être à nouveau proposés à la vente et que nous puissions profiter de leurs saveurs et de leur goût identiques à leur voisin de panier de récolte, en évitant un gaspillage qui n’a plus lieu d’être aujourd’hui.

« Quoi ma Gueule ?® », c’est le nom de cette opération 

De grandes organisations comme la FAO ou l’Institut de l’eau de Stockholm ont mené des études démontrant que jusqu’à 50% de la production alimentaire est gaspillée, perdue ou jetée entre le champ et l’assiette.

Ce gaspillage représente un prélèvement inutile de ressources naturelles : telles que les terres cultivables et l’eau,l’agriculture utilisant 70% des ressources en eau et en énergie. Il représente des émissions de CO² évitables et des déchets à traiter. Enfin, il impacte négativement le budget des ménages.

Dans les pays en voie de développement, le gaspillage est proche du champ faute de moyens de conservation des récoltes adéquats. Dans les pays développés, le gaspillage se situe plutôt du côté de la transformation, de la distribution et de la consommation.

Depuis 1974, le pourcentage de nourriture perdue a été multiplié par deux. Si l'on ajoute à la consommation au foyer la restauration hors foyer (RHF), l'on atteint 82% de la totalité des déchets alimentaires produits annuellement, et l'on constate que le consommateur est un acteur clé de la réduction du gaspillage alimentaire. Cet acteur clé doit être sensibilité et mobilisé par des campagnes de communication des pouvoirs publics et des programmes d'action des associations. Il doit également être aidé et accompagné par les autres acteurs de la chaîne pour obtenir des résultats effectifs.

Toutefois, des améliorations sont possibles. En effet, le gaspillage alimentaire peut être réduit par des gestes simples. S’il était évité, il pourrait aussi offrir des solutions pour nourrir plus ou mieux une population croissante, y compris en France. De nombreux acteurs sont concernés : pouvoirs publics centraux et locaux, entreprises de l’agroalimentaire et de la distribution, restauration, organisations non gouvernementales et foyers.

☛  Synthese de l’etude MODECOM    MéthODE de Caractérisation des Ordures Ménagères : enquête réalisée en 2007 sur 100 collectivités tirées au sort. Analyse de près de 900 échantillons de déchets.

☛  Du champ à la poubelle : le gaspillage alimentaire pèse lourd sur le climat

Dossier INRA : pertes et gaspillage alimentaires



 ✪                                                             Réduire  Réutiliser  Recycler                                                            ✪ 

ACCUEIL               ACTUALITES              DOSSIERS  THEMATIQUES               QUI SOMMES NOUS ?                   J’AGIS 

Agenda                Le TOP 5                 Zéro déchets                              OZD Melun                      Je m'informe

Le dossier         Actus Déchets           Réduire                                   Actus 77 - IdF                     Je soutiens

                        Actus Alternatives      Réutiliser                                Association                          Je me mobilise

                        Actus Outremer         Recycler                                 Mouvement Zero Waste      Infolettres

GLOSSAIRE                                                          Contact   I   Plan du site   Infolettre                                        © OZD-Melun 2013  ☆