Stockage



En 2011, 12% des OMR collectées en Île-de-France ont été enfouis (soit l’équivalent de 36 kg/hab)


Les ordures ménagères résiduelles (OMR) désignent l’ensemble des déchets qui sont jetés en mélange dans la poubelle ordinaire. 


Parfois appelées « poubelle grise », les OMR sont constituées des ordures restant après les collectes sélectives (emballages, papiers graphiques, éventuellement biodéchets) et font parties des déchets dits « de routine ».

                                                                                                     

                                             



                     Destination des déchets ménagers 2011 en Seine et Marne



En 2012, dans l'UE28, sur les 492 kg de déchets municipaux générés par personne, 480 kg ont été traités : 34% ont été mis en décharge


Société RTR Environnement : enfouissement mafieux ...

Une entreprise liée au banditisme aurait gagné des millions d’euros en enterrant des produits toxiques du BTP sous des champs, en Seine-et-Marne. Un réseau bien organisé qui a trouvé une combine fructueuse. Les malfaiteurs proposaient leur service à prix cassés aux entreprises du BTP, pour évacuer leurs déchets, notamment tous les débris générés par les démolitions d'immeubles et de maisons. Au lieu de les recycler dans des installations autorisées, ils les enfouissaient dans des terres agricoles.

A Melun, un bailleur multiplie les actions pour sensibiliser ses locataires, exposant dans les halls les sacs pleins de détritus lancés des fenêtres.

Le Parisien Sophie Bordier | Publié le 28 févr. 2014, 07h00

Melun, mercredi. Gardien de la tour no 10, rue Alfred-de-Musset, Dominique Demarez a pu remplir cinq sacs de détritus trouvés en une semaine autour du bâtiment. (LP/S.B.)

Des moules, des bouteilles, le carnet de notes d'un collégien ou encore un four à micro-ondes. Autant d'objets hétéroclites qui tombent parfois des tours de seize étages situées rue Alfred-de-Musset, dans le quartier des Mézereaux, à Melun. « Franchement, je n'avais jamais vu ça », s'exclame Daniel Huvelle, responsable Habitat chez Résidence urbaine de  (RUF), quatrième bailleur social de Seine-et-Marne, présent dans 55 communes avec 6 200 logements. .. Avec la directrice générale, Sandrine Espiau, ils ont décidé d'agir, y compris en faisant appel à un sociologue du cabinet Plein Sens.

L'une des  a été menée mercredi, pour la deuxième fois. Cinq sacs transparents remplis de détritus divers ont été exposés dans le hall des immeubles situés aux numéros 5 et 10. « Il s'agit des déchets trouvés autour des tours et ramassés depuis une semaine par les gardiens. Des affiches posées à côté l'expliquent », précise Sandrine Espiau. Evidemment, sur les lieux, ces sacs dégagent une odeur nauséabonde, le temps d'une journée. Objectif : faire réagir les locataires. Certains froncent le nez. La plupart comprennent.

Le risque d'une hausse des charges fait réagir

Selon Daniel Huvelle, « il y avait davantage de sacs la première fois, en décembre ». « C'est une question de civisme », insiste Sandrine Espiau. Et de sécurité. Gardien, Dominique Demarez raconte : « Je collectais les détritus tombés quand j'ai vu arriver une bouteille de mousseux à un mètre de moi. Elle s'est plantée dans le sol ! » Attention : en cas de flagrant délit, jeter un objet par la fenêtre est passible d'une amende de 150 EUR...

Depuis septembre, une campagne d'affichage a été menée dans les halls. L'une d'elles en particulier a marqué les esprits : le risque de voir les charges annuelles des locataires augmenter de 418 EUR si la RUF devait payer une société de nettoyage extérieure... « Même divisée entre les 84 logements d'une tour, cette perspective n'a pas plu », affirme Daniel Huvelle.

Enfin, pour jouer la carte ludique, la RUF a fait venir plusieurs comédiens qui ont animé une sorte de cabaret le 14 novembre au centre social tout proche. Ils ont joué des scènes de la vie quotidienne : propreté des parties communes, occupation des halls, envoi de déchets par les fenêtres... Apparemment, le public (une vingtaine de personnes seulement) a ri. Une discussion s'est ensuite engagée avec eux pour évoquer les problèmes de façon plus détendue.

En mars, une  sera menée par le bailleur au téléphone pour connaître le ressenti de chaque locataire par rapport à ces actions. Sandrine Espiau et Daniel Huvelle l'espèrent : « Ils auront peut-être des idées à nous suggérer pour aller vers un mieux-vivre-ensemble ! »

« La majorité des gens souffre beaucoup de cette situation » Pascal André, le sociologue venu sur place

S.B. | Publié le 28 févr. 2014, 07h00

Filiale d'Immobilière 3F, la RUF a sollicité Pascal André pour analyser ces dysfonctionnements. 

De mai à juillet 2013, il a rencontré habitants, amicale de locataires, gardiens, centre social... « Tous les espaces recevant du public sont concernés et pas seulement les résidences, affirme-t-il. 

On pourrait penser que ces faits sont commis par certains pour emm. .. le monde. Or, on n'a pas affaire à des sagouins. La majorité des gens souffre beaucoup de cette situation. 

Ils sont affectés dans leur dignité. En allant chez eux, j'ai vu un grand soin intérieur. Ils considèrent que leur chez-soi s'arrête à leur porte. »

Autre enseignement : « Ceux qui ont commis cela ont toujours de bonnes raisons. Il y a plusieurs cas de figure : les enfants qui ont des problèmes psychologiques, les adolescents qui s'amusent, les personnes alcoolisées, etc. Le problème, c'est qu'en collectif tout se retrouve en bas ! » 

Selon Pascal André, « ces jets de déchets sont la face visible d'un dérèglement de ce collectif. Cela mêle l'inactivité liée au , l'atteinte à la dignité liée au manque de statut social que donne un , des scolarités heurtées, parfois des difficultés au niveau de la langue, des locataires qui ne se connaissent pas... 

Pour certains, le gardien peut ramasser car, après tout, ils paient leur loyer. Ils pensent que cela leur octroie ce droit, c'est une forme de compensation. »

Il a lancé un « travail de mobilisation des habitants pour recréer du lien entre voisins et qu'ils soient capables de discuter des règles de vie commune. Ils sont preneurs ! ».

 ✪                                                             Réduire  Réutiliser  Recycler                                                            ✪ 

ACCUEIL               ACTUALITES              DOSSIERS  THEMATIQUES          QUI SOMMES NOUS ?           J’AGIS 

Agenda                Le fait du mois          Gestion des déchets                   OZD Melun                         Je m'informe

Le dossier          Le TOP 5                   Réduire                                     Actus 77 - IdF                       Je soutiens

                         Actus Déchets            Réutiliser                                  Association                           Je me mobilise

                         Actus Alternatives      Recycler                                    Mouvement Zero Waste   

GLOSSAIRE                                                          Contact   I   Plan du site   Infolettre                                        © OZD-Melun 2013  ☆