Plastique

       Acheter en vrac

     ✭  Emballages

Le recyclage des plastiques est complexe et seule une faible partie des flux est orientée vers le recyclage

Plastique 2016-01-19 à 16.24.56









 ADEME : Bilan National du Recyclage 2003-2012 - Synthèse


La multiplicité des produits plastiques complexifie les activités de recyclages 

Les plastiques sont utilisés dans de nombreuxproduits (emballage, mobilier, électroménager, automobile...) et applications. Pour ces multiples utilisations, il existe différents polymères (ou résines) pouvant présenter des formules variables.

 Il y a deux types de plastique : les PET, pour Polyéthylène Téréphtalate, c'est-à-dire les plastiques transparents et les PEHD, pour Polyéthylène Haute Densité, généralement opaques.


Ces logos signalent le type de plastique de l’emballage.                       

                                                                                

Les articles contenants des plastiques sont très variés et au sein d’un même produit, plusieurs résines et matériaux sont généralement associés.Ce sont ces produits qui en fin de vie, composent les flux de déchets contenant des plastiques. 

Ces éléments influencent la filière du recyclage. En particulier, les étapes de tri et de préparation des déchets plastiques, ainsi que les étapes de régénération et de reformulation des résines, sont complexifiées. A cette complexité, vient s’ajouter une dégradation de la qualité et des propriétés des matières plastiques au cours de leur cycle de vie, qui a une influence négative sur la rentabilité des activités de recyclage. Ces éléments différencient les plastiques des autres matières.

Les principaux secteurs utilisateurs de plastiques sont les suivants : 

    - emballages (40%),

    - BTP (20%), 

    - Automobile (8%) et 

    - Equipements Electriques et Electroniques (5%).


Le recyclage du plastique est plus compliqué : Après le tri par les consommateurs et collecte, les plastiques sont séparés en trois catégories : PEHD (opaque), PET clair et PET foncé. Ces plastiques sont alors mis en balle et expédiés aux centres de régénération. Un tri supplémentaire et un prélavage éliminent les éléments indésirables et séparent les matériaux suivant leur densité.

CARBIOS dépolymérise à 100% des déchets plastiques en PET par son procédé de recyclage enzymatique

Cette dépolymérisation sélective appliquée au PET permet la régénération de monomères avec des qualités et des propriétés physico-chimiques équivalentes à ceux produits initialement à partir du pétrole. Après séparation et purification, ces monomères issus du recyclage enzymatique mis au point par CARBIOS pourront être réutilisés pour la synthèse de PET vierge évitant ainsi une perte de valeur de la matière recyclée.

  •  Le plastique est alors broyé en paillettes incorporées dans la fabrication de nouveaux emballages ou encore de fibres polyesters (polaire) pour le PET et pour la fabrication d’objets comme des arrosoirs, du mobilier d’extérieur, etc... pour le PEHD. Cette option moins énergivore et donc moins émettrice que la suivante sous-entend souvent une perte de qualité de par la présence d’impuretés ou de colorants non extractibles. 5,4 bouteilles sur 10 ont été triées en 2012, soit 235 568 tonnes de bouteilles et flacons collectés
  •  Le plastique est aussi traité chimiquement (décomposition thermique du polymère) qui en est à ses débuts.L'utilisation par les producteurs de polymères, de déchets plastiques comme nouvelles matières premières pour la production de résines vierges (recyclage chimique), impliquerait une étape de transformation chimique permettant le retour aux molécules de base. Dans les conditions technologiques et économiques actuelles, la plupart de ces procédés ne sont aujourd’hui pas viables
  • Pour le reste la valorisation énergétique ou incinération est utilisée et produit des émissions de CO2 et des fumées polluantes qui doivent à leur tour faire l’objet d’un retraitement. 


source Deloitte in Analyse de la chaîne de valeur du recyclage des plastiques en France 2015

En ce qui concerne le recyclage, une tonne de PET recyclé représente 0,61 tonne de pétrole brut et 0,2 tonne de gaz naturel et 10,96 MWh soit 2,29 tonnes d’équivalent CO2 évitées. Pour le PEHD, cela représente 0,51 tonne de pétrole brut et 0,31 tonne de gaz naturel et 7,98 MWh soit 1,53 tonne d’équivalent CO2 évitée. Les résines les plus souvent valorisées par la filière sont le PEbd, avec 22% des plastiques valorisés, et le PET, 22% des plastiques valorisés. Entre 2007 et 2010, la part du PEbd est en recul de 2 points dans les plastiques valorisés, recul en relation avec la diminution des films d’emballage recyclés. La demande en matières plastiques vierges est d’environ 47 millions de tonnes en Europe et 4,5 millions de tonnes en France       

Recyclage du plastique

La filière traite 1 049 000 tonnes de déchets plastiques

dont 940 000 tonnes collectées en France

La filière étudiée concerne 707 établissements

Pour un CA de 790 millions d’euros

Et près de 4 000 emplois

Importations : 109 000 tonnes

Exportations : 624 000 tonnes

ENQUETE SUR LE RECYCLAGE DES PLASTIQUES EN 20103

Au total, 21% des emballages plastiques sont recyclés.
(Europe 22 en 2010 plus de 26%)


 Une filière tournée vers l’exportation

Les débouchés de la filière se situent principalement hors de France, avec 624 000 tonnes de plastiques exportés, que ce soit sous forme de déchets triés, de produits broyés ou de granulés. Comme l’ensemble de la filière, les exportations ont subi le contre coup de la crise et sont en net recul par rapport à 2007.

Les exportations se fontt sous forme :

  - de déchets triés, 50% 

  - de déchets simplement broyés, 17% 

  - de déchets broyés et lavés, 13%. 

   - de granulés,19% des exportations; Mais ils sont davantage utilisés par des plasturgistes français qu’exportés.


  1. Les recycleurs : ont traité 654 000 tonnes de déchets plastiques en 2010

L’activité des recycleurs se traduit par

   -  une production de granulés, par un procédé d’extrusion (43% des produits sortants), 

    - une production de plastiques broyés et lavés (17% des produits sortants) et micronisés (2% des produits sortants).

    - une production de matière première secondaire à partir de déchets plastiques, et  des produits finis (environ 12% des flux sortants), souvent des sacs poubelles.

    - enfin, les recycleurs revendent également des produits non recyclés, simplement triés (7%) ou broyés (13%).

L’activité des recycleurs a été la moins touchée par la crise économique de 2009. Le nombre d’établissements est en augmentation, passant de 104 à 130, ainsi que le tonnage traité (+2% par an) et le chiffre d’affaires total (+4% par an).

  1. Les broyeurs 

Le nombre de broyeurs de déchets plastiques a augmenté du fait de l’activité émergente de démantèlement de déchets d’équipement électriques et électroniques, avec une trentaine d’établissements supplémentaires.

Mais les quantités de déchets plastiques traités par ces nouveaux broyeurs restent très faibles et le tonnage traité par les broyeurs a fortement diminué entre 2007 et 2010, passant de 273 000 tonnes à 208 000 tonnes. La diminution de l’activité des broyeurs s’explique à la fois par la diminution des déchets collectés et par l’intégration croissante du broyage dans l’activité des recycleurs.

Les flux plastiques en sortie des broyeurs sont constitués à 

     - 49% de déchets broyés,

     - 39% de déchets triés.

     - négoce (environ 9% de déchets déjà broyés en entrée).

Les débouchés des broyeurs demeurent largement tournés vers l’exportation (41% de leurs ventes), même si ces débouchés sont en recul (55% des flux sortants en 2007).

  1.  Les rénovateurs : un tonnage en progression.

La récupération de déchets plastiques se fait à travers plusieurs activités : 

    - du tri après collecte sélective de déchets ménagers, 

    - du tri à la réception de déchets plastiques en provenance des entreprises ou en sortie des centres de tri précédents, 

    - du tri-broyage de déchets d’équipements électriques ou électroniques.


En 2010, 460 kT ont été collectés par les récupérateurs, en net recul par rapport à 2007, de 3% par an. La majeure partie des plastiques triés est adressée à des négociants : 54% sont envoyés vers des négociants français, 25% sont exportés ; seulement 16% sont envoyés directement vers d’autres acteurs de la filière, broyeurs ou régénérateurs.


❒ Au-delà de l’utilisation des résines vierges, les flux de déchets plastiques sont mal connus ce qui rend leur captation difficile

Les données disponibles sur les flux de déchets plastiques sont très hétérogènes et traduisent les difficultés rencontrées quant à leur identification dans les différents gisements de produits usagés et plus encore, quant à leur devenir en aval. Certaines filières (ex : emballages ménagers, agriculture, DEEE), bien établies, sont documentées. Pour d’autres (ex : emballages industriels et commerciaux, BTP), les informations relatives aux plastiques sont quasi inexistantes.

Les recycleurs de plastiques en France sont essentiellement des PME et TPE hétérogènes et ils sont inclus dans un écosystème français complexe 


in Analyse de la chaîne de valeur du recyclage des plastiques en France 2015


❒ Une grande partie des flux de déchets plastiques n’est pas orientée vers le recyclage en France


la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique prévoyant d'"étendre progressivement les consignes de tri à l'ensemble des emballages plastique sur l'ensemble du territoire avant 2022".

  1. Les raisons du détournement des plastiques des filières de recyclage en France sont multiples                 
    • Les revenus tirés par la filière dépendent du prix du pétrole 
    • Les prix de marché ne couvrent pas l’ensemble des coûts induits par le recyclage des plastiques
    • Dans certains cas, les prix d’autres matières ont une influence sur la performance du recyclage des plastiques    
    • Les pouvoirs de marché sont des facteurs de déséquilibre
    • La concurrence du grand export limite le développement des activités de recyclage en Europe
recyclage-plastique

   2. L’analyse des marchés allemands et anglais du recyclage souligne l’importance de certains facteurs  

  • Les performances des recycleurs en France sont meilleures qu’au Royaume-Uni, mais moins bonnes qu’en Allemagne
  • La vigueur et l’innovation de l’industrie manufacturière en Allemagne sont des facteurs de compétitivité
  • Avoir des entreprises du recyclage plus grandes et plus innovantes est à la fois un but et un moyen de développer le marché 
  • L’exemple de l’Angleterre montre que l’organisation de la REP est clé pour limiter l’export des matières 
  • La valorisation énergétique est à la fois un concurrent et un complément aux activités de recyclage 


Les installations thermiques de traitement des déchets sont en effet en surcapacité. De ce fait, les mécanismes de fixation des prix ne sont pas optimaux : les municipalités, qui opèrent les installations de valorisation énergétique, couvrent les coûts fixes de ces installations par l’intermédiaire des taxes payées par les ménages et vendent sur le marché le surplus de capacités disponibles à des prix réduits, y compris pour traiter des déchets industriels et commerciaux. De ce fait, une fois les objectifs du recyclage atteints (36% pour les emballages), les flux à traiter sont envoyés en valorisation énergétique et le gisement n’est plus orienté vers le recyclage. Sous ces conditions, les acteurs ne sont pas incités à mieux trier les déchets plastiques.


3. Trois axes d’actions pour développer le recyclage des plastiques en France .

  • Premier axe d’actions : la mise à disposition de déchets plastiques pour le recyclage en France  

           ☑ Promouvoir l'éco- conception pour faciliter le recyclage 

           ☑ Mieux connaitre les gisements et les flux de déchets plastiques afin de cibler les plus importants  

           ☑ Favoriser la collecte sous une forme adaptée et améliorer la collecte spécifique des emballages plastiques usagés des entreprises 

           ☑ Limiter le stockage et l’enfouissement des déchets plastiques

           ☑ Améliorer l’efficacité du tri et développer les capacités pour les flux des activités économiques       

           ☑ Favoriser le recyclage sur le territoire français 

  • Deuxième axe d’actions : l’offre et la demande en plastique recyclé 
  • Troisième axe d’actions : l’organisation générale de la filière

 

En 2010

 Recul des déchets collectés, pas du recyclage en France

Le tonnage traité dans les établissements de la filière a diminué de 7% par rapport à 2007. Cette diminution est principalement une conséquence de la crise économique qui a touché l’Europe en 2009. Les plastiques collectés en France ont diminué au rythme de -3% par an. Ce recul est cohérent avec le recul de la consommation de matières plastiques, passée de 5,4 millions de tonnes en 2007 à 4,5 millions de tonnes en 2010.

Le recyclage des plastiques en France ne subit pas le contrecoup de la crise, au contraire. Le tonnage de déchets envoyés vers les plasturgistes français est de 264 kT, en légère augmentation par rapport à 2007 (251 kT). Compte tenu des autres usages, réutilisation, production de produits finis par les recycleurs, construction routière, en 2010, 351 kT de matières plastiques issues des déchets seront intégrés dans un produit de consommation finale ou intermédiaire.

 Recul des films et des chutes de fabrication, pas des déchets ménagers

Les chutes de fabrication représentent 31% des déchets plastiques recyclés. Cette proportion est en recul constant depuis 2002, passant de 44% en 2002 à 32% en 2007 et 31% en 2010. Entre 2007 et 2010, la diminution des tonnages collectés a été particulièrement marquée pour les chutes de fabrication (-10%), plus réduite pour les déchets post-consommation (-6%).

Les plastiques de déchets ménagers représentent 40% des déchets plastiques post-consommation. Progressant avec la collecte sélective, la collecte des déchets plastiques d’emballages ménagers est passée de 218 kT en 2007 à 227 kT en 2010.

 Comparaison européenne :

 Avec un taux de recyclage moyen de 20 %, contre plus de 26 % en Europe 22, la France se positionne comme un des pays européens les moins performants en matière de recyclage des déchets plastiques. 

 ✪                                                             Réduire  Réutiliser  Recycler                                                            ✪ 

ACCUEIL               ACTUALITES              DOSSIERS  THEMATIQUES               QUI SOMMES NOUS ?                   J’AGIS 

Agenda                Le TOP 5                 Gestion des déchets                   OZD Melun                      Je m'informe

Le dossier         Actus Déchets           Réduire                                   Actus 77 - IdF                     Je soutiens

                        Actus Alternatives      Réutiliser                                Association                          Je me mobilise

                        Actus Outremer         Recycler                                 Mouvement Zero Waste      Infolettres

GLOSSAIRE                                                          Contact   I   Plan du site   Infolettre                                        © OZD-Melun 2013  ☆