Sacs plastiques biodegradables ? (alternatives)


        Alternatives      

 

La vente en vrac ☛ voir acheter en vrac

Les sacs réutilisables et les sacs en tissus

Le sac en papier brun, recyclable et réutilisable (souvent fabriqué de papier kraft, dont certains types sont biodégradables).

❒ Les sacs plastique dit dégradables

Tous les plastiques (bioplastiques et pétroplastiques) sont techniquement biodégradables, ce qui signifie qu'ils peuvent être dégradés par les microbes dans des conditions appropriées. Cependant, de nombreux se dégradent à un rythme trop lent pour être considérés comme biodégradables. Les bioplastiques non biodégradables sont appelés durables. 

Le degré de biodégradation varie avec la température, la stabilité du polymère, et la teneur en oxygène. Par conséquent, la plupart des bioplastiques ne feront que se dégrader dans les conditions strictement contrôlées d'unités de compostage industriel. Dans les tas de compost privé ou tout simplement dans l'eau ou le sol, la plupart des bioplastiques ne se dégradent pas, c'est le cas du PLA par exemple. 

Les bioplastiques à base d'amidon peuvent, eux, se dégrader dans les conditions naturelles mais sont destinés au compostage industriel.  Il n'existe à ce jour aucune norme applicable aux conditions de compostage domestique. Cepandant, un sac plastique est dit  compostable si comme la matière végétale, le sac se biodégrade à 90 % dans un laps de temps de 180 jours.

  • Sacs en plastique oxo-dégradables

Il existe de nombreux termes pour caractériser cette technologie : « dégradable », « totalement dégradable » et « oxo-dégradable ».

Le comportement est basé sur une oxydation, accélérée par l'action combinée de la lumière, de la chaleur, du stress mécanique et de l'oxygène. Des thermo- et photo-inducteurs programment la durée de vie du matériau en permettant une réduction de la masse moléculaire du polymère par oxydation dans un temps déterminé et mesurable. 

Les produits oxo-biodégradables se désintègrent par fragmentation dans la majeure partie des environnements en cas d'abandon. L'objectif de cette technologie est de limiter l'impact du plastique en cas d'abandon dans l'environnement. Ce processus conduit à la biodégradation du polymère après une centaine d’années.

"En se maquillant et se déguisant pour faire croire" à leur biodégradabilité, ces sacs oxofragmentables sont "une des sources importantes à l'origine des milliards de particules de plastiques qui polluent l'environnement marin » 

Ces particules de plastique s'accumulent dans les milieux naturels avec pour conséquences une contamination des milieux marins mais aussi une pollution des sols par accumulation de résidus fragmentés.

 Il existe à ce jour quatre sels de métaux (cobalt, manganèse, etc.) capables d'induire l'oxo biodégradation du polyéthylène d'origine fossile. Les produits additivés aujourd'hui sont tous conformes aux normes en vigueur REACH et OCDE.

Le polyéthylène (PE) n'est pas biodégradable.

  • Polyéthylène vert

En juin 2007, la compagnie brésilienne Braskem a annoncé la certification d'un polyéthylène « vert », synthétisé à partir d'éthanol issu de canne à sucre. L'analyse du cycle de vie de ce matériau reste cependant médiocre ; mais les efforts des chercheurs se poursuivent. L'innovation du polyéthylène vert réside dans le fait que ce plastique est biosourcé, il règle en partie le problème du recours aux matières fossiles.

Les sacs plastiques détruisent la vie sauvage des écosystèmes

Une étude publiée en 2015 et conduite par le Trinity College en Irlande a porté sur les effets de sacs plastiques expérimentalement immergés de manière à ce qu'ils forment une « litière de plastique » au fond d'une zone de marais saumâtre près de Dublin. Un secteur a été couvert de sacs en polyéthylène classiques et un autre couvert de plastiques biodégradables à base d'amidon. Les résultats de la comparaison montrent que tant que ces sacs ne sont pas dégradés (après 9 semaines dans ce cas), les effets des sacs biodégradables sont aussi négatifs que ceux de déchets de plastique non-biodégradable ; non seulement pour les oiseaux, tortue ou mammifères qui ingéreraient mais aussi pour « des communautés entières de la faune, y compris les invertébrés ». Dans ou sous tous ces sacs en plastique, le taux d'oxygène avait fortement chuté, de même que le taux des chlorophylles A et C (divisés par deux environ), ainsi que le nombre des organismes du sédiment (il n'en reste qu'un sixième parfois et quel que soit le type de plastique) alors que le taux d'ammonium est lui doublé, évoquant des conditions anoxiques (par ailleurs peu propices à la biodégradation). Une étude similaire est prévue dans les eaux profondes de l’Arctique.

Puneet Kollipara (2015) Plastic Bags Cut Wildlife Populations In Marshland Ecosystems ; Pollution: Conventional and biodegradable plastic bags covering marsh sediments reduce abundance of small animals underneath [archive] Latest News, April 14, 2015 ; Chemical & Engineering News (American Chemical Society

Une solution consiste à rendre le PE vert oxo-biodégradable par additivation.

On a donc un matériau 100 % issu de ressource végétale et biodégradable par oxydation dans l’environnement.

  • Néosac

Le Néosac, invention d'origine française, est un sac en polyéthylène additivé qui est, d'après ses promoteurs, biodégradable.

Il a la même résistance mécanique que le sac classique mais sa composition chimique le rendrait « biodégradable » car il se fragmente en morceaux de plus en plus petits jusqu'à disparaître au bout d'environ trois mois.

Le principal avantage de ce sac est de faire disparaître l'impact visuel des sacs accrochés aux arbres par exemple. Par sa fragmentation, le sac disparait de la vue, et le polyéthylène dont la structure moléculaire a été détruite devient bioassimilable par les micro-organismes.

  • Incorporation de matière amylacée (amidon de maïs, fécule de pomme de terre, farine de maïs)

Une invention d'origine italienne permet de fabriquer des sacs grâce à une combinaison entre l'amidon du maïs et un polyester aliphatique aromatique d'origine pétrolière. Ces nouvelles résines sont appelées « plastiques compostables » car elles répondent aux normes internationales de compostabilité. Le procédé de fabrication et les machines de production sont les mêmes qu'avec le polyéthylène, sauf que la matière première est remplacée par des granulés obtenus à partir d'amidon de maïs ou de farine de maïs. 

 Les sacs produits ressemblent à ceux en plastique avec des caractéristiques de résistance mécanique largement différentes.Ils sont en effet sensibles à l'humidité et donc inaptes au transport des matières trop chargées en eau. Leur fabrication dégage une odeur biscuitée. 

Ces sacs sont donc partiellement d'origine végétale (~30 %) et partiellement d'origine pétrolière (~70 %). La part d'origine pétrolière est nécessaire à la souplesse du produit, elle est absente des produits rigides de type barquette. Les sacs sont conformes à la norme EN 13432, qui garantit 4 paramètres inaccessibles aux autres matières plastiques :

 - biodégradabilité supérieure à 90 % au bout de 6 mois en compostage industriel ;

 - la désintégration au bout de douze semaines selon des critères de compostages industriels, il y a un maximum de 2 % des fragments ayant un diamètre de plus de 2 mm ;

 - absence de métaux lourds ;

 - absence d'écotoxicité pour les plantes (évaluation sur la germination et sur la biomasse).

D'autre part, le coût de fabrication actuel est quatre à six fois supérieur à celui du polyéthylène. Le Mater-Bi, nom commercial des granulés de copolymère à base d'amidon de maïs, permet par ailleurs de fabriquer la plupart des produits actuellement en plastique. Il existe également des procédés faisant appel à d'autres graminées ou à de l'amidon de pomme de terre.

  • Enfin, l'unique plastique compostable fabriqué en France s'appelle « biolice ». Sa fabrication est basée sur l'incorporation de farine de maïs issue d'un simple broyage. Cela tranche avec l'amidon ou la fécule, qui nécessitent une extraction exigeant beaucoup d'eau et d'énergie.

À ce jour ces matériaux n'ont prouvé aucun bénéfice environnemental, car aucune analyse du cycle de vie n'a montré un quelconque bénéfice sur les plastiques recyclés par exemple. Ces matériaux ne sont pas recyclables et perturbent le circuit de collecte des plastiques à base fossile.

  • Biopolymères PHA

Les biopolymères PHA sont fabriqués à partir de micro-organismes ; ils présentent donc l'avantage de ne pas être fabriqués à partir de pétrole. Des sacs fabriqués avec des biopolymères PHA, imaginés par des scientifiques italiens du Parc scientifique et technologique de Sicile, ont été présentés en 2010 à l'exposition universelle de Shanghai.

L'incorporation de biopolymères PHA à de la matière amylacée permet de fabriquer des sacs entièrement végétaux, on ne peut plus dans ce cas utiliser la dénomination de « sac plastique ». Ces sacs sont compostables et conformes à la norme EN 13432. Ils constituent, avec les sacs papiers, les sacs réutilisables et les sacs en tissus, une réponse à l'interdiction des sacs plastiques au 1er janvier 2016.

source : sacs plastique Wikipedia


Impact environnemental

Risque d’étouffement             La production des sacs en plastique consomme des produits pétroliers, de l'eau, et émet des gaz à effet de serre 

220px-Ne_pas_s_etouffer

responsables du changement climatique. L'ensemble de la production mondiale des matières plastiques utilise 4 % de la           consommation annuelle de pétrole, une ressource non renouvelable.

On estime que 8,7 sacs en plastique contiennent assez d'énergie en pétrole pour permettre à une automobile de rouler pour un kilomètre.

Les sacs en plastique transportés par les cours d'eau vers la mer comptent pour une grande partie des déchets de plastique (5°continent).

Une fois envasés ou enfouis dans la vase ou le sable, ils pourraient avoir une durée de persistance de plusieurs centaines d'années. Ceux qui sont ballotés par les vagues ou contre les rochers finissent par se fragmenter en microplastiques puis potentiellement en nanoplastiques. Avant cela, ils représentent un danger pour les grands organismes marins (tortues, cétacés, thons, etc.) en provoquant leur étouffement ou étranglement ou une mort de faim induite par une fausse sensation de satiété entretenue par un estomac perpétuellement plein. 

 Sur les plastiques en suspension dans l'eau, d'autres polluants peuvent s'adsorber ou adhérer à leur surface et être ainsi transportés, parfois à grande distance. De même peuvent ils transporter des espèces susceptibles de devenir invasives hors de leur habitat naturel.

De plus, les sacs en plastique viennent régulièrement boucher les réseaux d'évacuation des eaux municipales, ce qui aggrave le risque d'inondation et les couts de gestion des eaux usées et de ruissellement.


Interdictions et mesures de protection de l'environnement

L'usage massif des sacs en plastique a conduit plusieurs gouvernements, plusieurs régions, et plusieurs villes, à prendre des mesures de taxation ou d’interdiction. 

Union européenne : Danemark Le Danemark fait figure de pionnier en instaurant une taxe sur les sacs en plastique dès 1994. 

Irlande : En 2002, l'Irlande impose une taxe de quinze centimes par sac de caisse. Ce prélèvement a permis de favoriser l'usage de sacs plastiques recyclables, tout en rapportant 9,6 millions d'euros qui réinvestis dans un fond destiné à la gestion de déchets. La consommation en Irlande aurait chuté de 90 %.

Italie : En décembre 2010, l'Italie interdit les sacs en plastique.

France : Une taxe d'environ 6 centimes par sac plastique de caisse à usage unique est entrée en vigueur le 1er janvier 2014.

Interdiction des sacs plastique de caisse non réutilisables à compter du 1° Juillet 2016


 ✪                                                                      Réduire  Réutiliser  Recycler                                                                   ✪ 

ACCUEIL             ACTUALITES                DOSSIERS  THEMATIQUES                    OZD Melun                                     J’AGIS 

Agenda                 Le TOP 5                        Zéro déchet                     Gestion des déchets                 Je m'informe

Le dossier         Actus Déchets                 Réduire                           Actus 77 - IdF                         Je soutiens

                       Actus Alternatives            Réutiliser                         Association                            Je me mobilise

                       Actus Outremer               Recycler                          Mouvement Zero Waste   

                        

GLOSSAIRE                                                          Contact   I   Plan du site   Infolettre                                        © OZD-Melun 2013  ☆