Déchets organiques domestiques




A domicile, on peut réutiliser pratiquement tous les déchets organiques: épluchures de légumes, restes de repas, tontes de gazons, feuilles mortes, 

tailles de haies, etc. Les déchets organiques représentent en effet, 40 à 60% de la poubelle moyenne d’un ménage. Il est possible à la fois de les 

réduire à la source et de les transformer pour diminuer les quantités à traiter par la collectivité.


❒ Que faire de ses déchets de cuisine ? 

  • S’attaquer au gaspillage alimentaire
  • Nourrir des animaux
  • Cuisiner les restes (qui ne sont pas des déchets)


❒ Que faire de ses déchets verts de jardin ? 

  • Réduire les déchets verts : Au jardin, vous pouvez  limiter la quantité de déchets verts 

               - en jouant sur les types de végétaux que vous installez chez vous : végétaux à croissance lente produisant moins de déchets ver ts, 

couvre-sols limitant la pousse des mauvaises herbes... ;

               - en jouant sur des techniques de jardinage: moins d’engrais et d’arrosages pour limiter la croissance des plantes ; tontes, feuilles et 

brindilles laissées sur place ; diminution du nombre de tontes (mise en place de prairies fleuries, tontes sur certaines zones du jardin seulement...).


  • Utiliser les produits de taille

               - vous pouvez utiliser les produits de taille et les brindilles (selon leur taille, en bûches ou sous forme de petits fagots d’allumage) dans le poêle, le barbecue ou la cheminée, à condition de ne pas brûler de végétaux frais : faites-les sécher de 6 mois à 1 an avant de les utiliser.

                - vous pouvez aussi utiliser les branches et les tiges (de noisetier, de charme, de bambou...) pour l’aménagement du jardin : réalisation de 

barrières légères, de claies, de tuteurs... Des petits tas de fagots ou des tas de feuilles sèches dans un coin reculé du jardin peuvent abriter une 

faune riche, auxiliaire bienvenue des jardiniers:

                         • des insectes, pollinisateurs ou prédateurs des pucerons, des chenilles...

                         • des musaraignes qui mangent des insectes, des vers, des chenilles ; des hérissons, consommateurs de limaces et d’escargots ;

                         • des oiseaux insectivores ;

                         • des batraciens qui consomment des vers, des chenilles, des limaces...


  • Améliorer le sol avec des déchetsPailler et composter sont des moyens à votre disposition pour utiliser les déchets de jardin et de cuisine afin de produire des amendements de qualité et peu coûteux. Ils protègent le sol, améliorent sa fertilité, vous évitent des trajets en déchèterie et l’achat d’engrais et de terreau. Les déchets ainsi valorisés n’encombrent plus votre poubelle, ni la filière de traitement des ordures ménagères.

                 

  • PaillerDans la nature, au contact entre le sol et le milieu aérien se tient la litière de feuilles et de débris végétaux (sauf dans les déserts). Elle abrite une faune riche et active, dont le rôle est primordial pour le fonctionnement correct de l’ensemble sol/plantes. Le sol nu est une exception qui perturbe le fonctionnement habituel de cet ensemble et détruit l’équilibre existant. Le paillage (ou mulch), c’est le compostage de la nature.Très simple à réaliser, c’est une solution idéale pour valoriser les déchets verts de votre jardin. Forme la plus naturelle d’évolution des résidus végétaux, il produit de l’humus qui est incorporé progressivement à la couche supérieure du sol, sous l’action des micro-organismes de ce dernier. Le paillage est particulièrement efficace et bénéfique:

             - en début de saison de culture, quand les graines sont bien germées ;

             - en été, quand il fait très chaud. Paillez sur sol humide ;

            -  en automne pour protéger les plantes avant l’hiver et éviter de laisser le sol nu.

              - le compostage, une pratique facile et utile. 


  • Composter : Plus technique que le paillage, le compostage exige également plus de manutention.


                     • le compostage en tas : cette technique consiste à regrouper les déchets directement sur le sol afin de former un tas d’une hauteur 

variable (0,5 m à 1,5 m en moyenne). Souplesse et facilité d’utilisation et Lenteur et désagréments visuels (Le tas est à la merci d’animaux (chiens, 

chats, rongeurs, etc.). Il est exposé aux aléas climatiques qui ont pour conséquence de rendre le processus irrégulier.


                     • le compostage en bac. Un composteur, aussi appelé «bac à compost» ou «silo à compost », se présente sous la forme d’une 

structure en bois, en métal ou en plastique. Il contient un volume réduit de déchets à composter et limite les effets de surface tels que l’assèchement 

ou le refroidissement. Il peut être plus ou moins ouvert sur l’extérieur. Encombrement et nuisances visuelles réduits Un composteur convient 

uniquement pour les petits volumes (jusqu’à 1000 litres), mais vous pouvez en utiliser plusieurs. Pour que le compostage en bac fonctionne 

correctement, il faut y consacrer du temps : il faut le surveiller fréquemment  Le processus de compostage domestique peut prendre de deux mois à 

deux ans.

                     • pour composter, il n’est pas indispensable d’avoir un jardin : 

                          ✓ le compostage partagé en pied d’immeuble se pratique dans de nombreuses villes et nécessite l’investissement et la coopération de tous les acteurs pour être mené à bien.mais  Il crée du lien social, donne une opportunité de mieux se connaître et favorise une vie de quartier, de rési- dence... Il favorise localement la prise de conscience envi- ronnementale et améliore le tri à la source de l’ensemble des déchets.                                                          

                           ✓ le lombricompostage qui permet de composter les déchets de cuisine en ayant recours à des vers de terre (souvent des vers rouge du fumier Eisenia fœtida) qui vont minéraliser rapidement les matières organiques dans le volume réduit d’un lombricomposteur. Le lombricomposteur abrité du soleil comme de la pluie ne nécessite qu’un emplacement sur un balcon, un cellier, une cave, un garage ou même un petit coin dans la cuisine. Les vers consomment les restes de repas, les épluchures, le pain, le marc de café, les feuilles de thé... Ne leur donnez pas de viande, de produits laitiers, d’agrumes, d’ail, d’oignons, de poireaux, de restes épicés ou très salés. Enfin si des mauvaises odeurs se dégagent, le processus ne se passe pas bien: une partie du compost fonctionne en anaérobiose (parce qu’il est trop haut - plus d’une vingtaine de centimètres -, trop tassé ou trop humide), les vers ne sont pas assez nombreux par rapport à la quantité de déchets fournie...


plus d’info : Guide pratique d’utilisation des déchets verts et de cuisine au jardin

logo_ademe





 ✪                                                             Réduire  Réutiliser  Recycler                                                              ✪ 

ACCUEIL             ACTUALITES              DOSSIERS  THEMATIQUES             OZD Melun                              J’AGIS 

Agenda               Le TOP 5                        Zéro déchet                     Gestion des déchets                 Je m'informe

Le dossier         Actus Déchets                 Réduire                           Actus 77 - IdF                           Je soutiens

                        Actus Alternatives           Réutiliser                         Association                              Je me mobilise

                        Actus Outremer              Recycler                          Mouvement Zero Waste   

                        


GLOSSAIRE                                                          Contact   I   Plan du site   Infolettre                                        © OZD-Melun 2013  ☆